Did you know that your version of Internet Explorer is out of date?
To get the best possible experience using our website we recommend downloading one of the browsers below.

Internet Explorer 10, Firefox, Chrome, or Safari.

Les pratiquants du mouvement Soka sont des champions en matière d’encouragement

February 26, 2021

Éditorial du Daibyakurenge, mensuel d’étude affilié au mouvement bouddhiste Soka au Japon, de mars 2021.

 

Alors que le mois de mars approche, il me revient à l’esprit ces mots que mon mentor Josei Toda prononça avec la force d’un lion rugissant [le 16 mars 1958] : « La Soka Gakkai est reine dans le monde religieux ! » Par cette déclaration puissante, il affirmait que nous étions les champions de la philosophie du respect de la dignité de la vie, illuminant le monde avec le bouddhisme du soleil de Nichiren Daishonin, et les champions qui encouragent les autres et font preuve de dévouement à leur égard, mus par le désir de les guider vers le bonheur.

Nichiren Daishonin ne cessa d’encourager sincèrement un disciple qui luttait contre une grave maladie tout en assumant d’importantes responsabilités dans la société. Il lui écrit notamment : « Vous devriez vous appuyer sur Nichiren comme sur votre bâton ou comme sur un pilier. Celui qui se sert d’un bâton ne tombera ni sur les chemins de montagne qui sont si dangereux, ni sur les mauvaises routes. Et celui que l’on tient par la main ne trébuche jamais » (Les sabres du bien et du mal, Écrits, 455). Ici, Nichiren fait le serment de guider et de protéger son disciple dans la vie comme dans la mort.

Les mentors et disciples du mouvement Soka ont hérité de cet esprit de Nichiren : ils se tournent inlassablement vers celles et ceux qui souffrent pour leur offrir des paroles d’encouragement.

Nichiren explique que bien que tous les êtres vivants possèdent la nature de bouddha, s’ils ne rencontrent pas d’« amis de bien », c’est-à-dire des pratiquants bouddhistes sincères, ils ne pourront pas révéler ce potentiel inhérent à leur vie (Cf. WND-II, 861)[1].

Les pratiquants du mouvement Soka sont ces « amis de bien » qui partagent leur conviction que chacun peut manifester l’état de bouddha en cette vie et qu’il n’existe pas de karma qui ne puisse être changé. Ces encouragements tissent des liens qui engendrent la formation d’un réseau de bodhisattvas sortis de la terre, un rassemblement aussi merveilleux que l’assemblée décrite dans le Sûtra du Lotus, où chacun fait briller sa vie avec éclat et dignité.

Partout, les gens aspirent à mener une vie autonome et résiliente, en révélant pleinement leur potentiel et en développant la force de surmonter les difficultés. Le réseau d’encouragement créé par la grande famille du mouvement Soka contribue largement à concrétiser cette aspiration.

M. Toda disait souvent à ses précieux compagnons de croyance de Tohoku : « Tout évolue constamment. La force fondamentale de l’univers qui régit ces changements est Nam-myoho-renge-kyo. Par conséquent, récitez Nam-myoho-renge-kyo avec foi dans le Gohonzon et imprégnez toute votre vie de la Loi merveilleuse ! Transformez positivement votre vie et la société ! Faites surgir les bienfaits !»

Le 11 mars marquera le dixième anniversaire du séisme et du tsunami qui dévastèrent Tohoku en 2011. Nos admirables compagnons de Tohoku se sont dressés depuis les profondeurs du deuil et de la tristesse et ont séché leurs larmes en prenant la détermination de ne pas être vaincus. Ils ont orienté chaque chose dans le sens de l’espoir, du renouveau et de l’harmonie.

Les incommensurables trésors du cœur qu’ils ont accumulés s’étendent immanquablement aux membres de leurs familles, ainsi qu’à leurs amis et proches décédés. Et, grâce à la bonne fortune qui découle de leur pratique bouddhique, ils sont unis pour l’éternité en tant que « bouddha[s] dans la vie comme dans la mort » (Cf. Écrits, 457).

Les pratiquants de Tohoku ont résisté avec courage aux rudes hivers de l’adversité ; ce sont les champions de l’humanisme, rayonnant de bonheur. En suivant leur exemple, ouvrons la voie d’un printemps du renouveau pour le monde entier, en enrichissant la vie des autres par des mots d’encouragement qui possèdent le pouvoir de changer même l’avenir !

 

Avec énergie et passion,

Tels des champions dans l’art de l’encouragement,

écrivons avec audace

l’épopée magnifique

de la victoire en cette vie. 

 

[1] Nichiren Daishonin écrit : « Mais même si tous les êtres détiennent les trois causes ou potentiels inhérents à la nature de bouddha, s’ils ne bénéficient pas de bonnes conditions en rencontrant un bon maître ou un ami de bien, alors ils ne s'éveilleront pas, ne comprendront pas, et leur nature de bouddha ne se manifestera pas. En revanche s'ils bénéficient des conditions nécessaires pour rencontrer un ami de bien, alors leur nature de bouddha ne manquera pas de se manifester. » (La déclaration unanime des bouddhas des trois phases de la vie, WND-II, 861)